Archives mensuelles : février 2015

La guerre des légumes…

Il devient de plus en plus difficile de trouver des légumes à Meyrargues.

Depuis quelques années, nous profitions de la venue d’un marchand de fruits et légumes bien achalandé et très sympathique, le dimanche matin, avenue de la Pourane. Ce dernier tenait fidèlement sa place, par tous les temps, pour le service des meyrarguais, et prenait volontiers la carte bancaire. Cela permettait ainsi aux riverains de se rencontrer le dimanche matin, d’acheter son pain et ses cigarettes, voire de prendre un café ou l’apéro au bistrot. S’y joignaient régulièrement un fleuriste et, de temps en temps, un poissonnier, un fromager ou quelque traiteur…
La mairie a encouragé depuis quelques mois, la création d’un marché hebdomadaire à Meyrargues le mercredi matin.Notre marchand habituel ne pouvant venir le mercredi, la mairie lui signifia alors congé pour «concurrence déloyale». Dès lors, il s’exila sur le parking privé de la boulangerie Bec qui est fermée le dimanche……

Durant quelques mois, les Meyrarguais ont également eu la chance de bénéficier d’un primeur installé Cours des Alpes. Une marchande de fruits et légumes qui privilégiait des produits locaux de qualité et que l’on pouvait également retrouver sur le marché le mercredi matin. Malheureusement, l’enseigne vient de fermer également. Faute de clients…
Nous pouvons voir ici, l’une des premières victimes du retrait du Distributeur Automatique de Billet, qui malheureusement atteint également le marché du mercredi matin.
Nous déplorons la fermeture du primeur du village, un commerce ouvert récemment qui créait de l’emploi et de l’animation dans le village. Une commerçante qui a su prendre des risques et qui s’est battue pour son projet.

Entreprendre Pour Meyrargues, regrette le manque de soutien face à ces primeurs.
Ouvrir un commerce représente une prise de risque, qu’il faut soutenir.
Pourquoi ne pas proposer une aide pour établir un paiement en CB auprès des commerçants ? Autoriser un stationnement en zone bleue devant la boutique ? Offrir un accompagnement qualifié à la création d’entreprise ?
Pourquoi avoir demandé au primeur du dimanche de partir… la concurrence n’est-elle pas un bon stimulant au commerce ? Pourquoi n’aurions-nous pas droit à notre marché du mercredi et à celui du dimanche matin ?

Avis aux meyrarguais gourmands de fruits et légumes frais, il vous reste le marché du mercredi matin qui a vu la venue d’un primeur, et pour les personnes travaillant ce jour-là, le Petit Casino du Village accepte la Carte Bleue…

Entreprendre Pour Meyrargues est une association qui se bat pour défendre le commerce et les intérêts des Meyrarguais. Vous avez un projet d’entreprise, une question concernant votre commerce… Nous pouvons, ensemble, trouver des solutions.

Les ressources de la commune sont-elles suffisantes pour assurer le financement de ses dépenses ?

Telle est la question que tout administré devrait se poser ? Pour répondre à cette question l’analyse du budget de la commune est nécessaire. Plusieurs éléments constitutifs du budget devraient être analysés :

1) Les marges d’autofinancement de la commune et sur leurs évolutions dans le temps (la différence entre les recettes réelles et les charges courantes de la section fonctionnement). En effet, sans marge suffisante et donc sans moyens financiers suffisants, la commune ne peut assumer pleinement ses responsabilités.

2) Le taux d’épargne de la commune est un indicateur important. Ce taux s’apprécie par la différence entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement, rapportée aux recettes réelles de fonctionnement.

3) Une vue d’ensemble des recettes courantes de la commune afin de comprendre leur origine et les raisons de la forte variation constatée. Il faut donc réfléchir à la pérennité de cette variation et vérifier qu’elle ne s’est pas faite au détriment des contribuables de la commune ou de fortes rentrées de subventions de l’Etat.

4) Les dépenses réelles de fonctionnement de la commune représentent un indicateur permettant d’évaluer la gestion financière de la commune. Comprendre leur origine et les raisons de leur variation. On peut ainsi apprécier les dépenses réelles de fonctionnement par habitant et réfléchir à l’évolution de ce taux surtout en période de restriction budgétaire de l’Etat.

 

 

 

Critères généraux d’appréciation d’une gestion communale saine et dynamique

Autant il peut sembler relativement facile de juger de la bonne gestion d’une entreprise, il apparaît nettement plus difficile de juger de la bonne gestion d’une commune. Pourquoi? Parce qu’il existe, pour les entreprises, des critères financiers comme des critères commerciaux précis, qui, s’ils ne sont pas respectés, les conduisent rapidement au dépôt de bilan. Cette comparaison a aujourd’hui un sens dans la mesure où les dotations de l’Etat pour les communes sont en baisse continue. Vu la hausse continue de la dette publique nationale, les collectivités locales, et en premier lieu les communes et leurs intercommunalités, risquent d’être massivement confrontées à des difficultés financières d’une gravité exceptionnelle.

Les 36681 communes françaises sont contrôlées par l’administration, c’est-à-dire, le Trésor public, le sous-préfet, éventuellement le préfet, ainsi que les chambres régionales des comptes. Mais, étant donné leur diversité, leurs situations particulières, quels contrôles l’administration est-elle réellement capable d’exercer sur elles? Sur quels critères peut-elle se baser quant au bien-fondé, tant de leurs dépenses courantes que de leurs investissements? Notons également que les responsabilités du maire sont parfaitement définies par le Code général des communes. Cependant, la question que tout administré est en droit de poser est la suivante : Le maire apporte-t-il à ses administrés de façon satisfaisante tous les services courants que ces derniers sont en droit d’attendre ? Prend-il en compte les foyers défavorisés ? Entretient-il bien le patrimoine de la commune, et ce, dans quelles conditions financières – optimisées ou non, acceptables ou non par les contribuables?

L’engagement d’un maire qui gère sa commune d’une manière saine et dynamique peut être résumé à travers ces trois actions :

1) Assurer le meilleur service quotidien possible à l’ensemble de la population locale et ceci à moindre coût;

2) Assurer l’entretien du patrimoine de la commune: matériel, bâtiments, routes, etc. (dépenses d’investissement d’entretien);

3) Assurer le développement harmonieux de la commune: amélioration des conditions de vie locales de l’ensemble de la population à court, moyen et long terme (dépenses d’investissement également);

Une gestion efficace permet d’atteindre ces objectifs tout en dégageant un résultat d’exploitation courant suffisant, dont une partie ou la totalité assurera le financement des investissements.

Comment alors vérifier qu’un maire atteint bien ces objectifs. Cette question est de nature subjective et dépend évidemment du penchant politique des administrés. Cependant si nous cherchons les critères objectifs, nous les trouverons au sein de la présentation du budget annuel.