Archives pour la catégorie L’opposition s’exprime

C’est la rentrée !

L’équipe d’Entreprendre pour Meyrargues souhaite une excellente rentrée scolaire à l’ensemble des élèves de Meyrargues.

Dans le but d’accroitre le niveau de sécurité autour de nos écoles, nous avons exigé auprès des autorités municipales un ensemble de mesures : l’installation d’un vidéophone pour la gestion et la sécurisation des entrées et sorties des écoles et du centre de loisir, réparation et renforcement des portes d’entrée  endommagées, remplacement des grillages non-conformes aux règles de sécurité, …

Nous espérons  que l’ensemble des demandes seront prises en considération.

Echanges sur le budget de la Médiathèque

Après plus de huit ans de travaux, c’est de manière tout à fait légitime que les Meyrarguais s’interrogent sur le coût de la construction de la Médiathèque.

Ainsi l’opposition a fait une demande auprès de Madame le Maire, afin d’obtenir le bilan financier.

LETTRE DE GILBERT BOUGI, CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION
Cliquez ICI

REPONSE DE MIREILLE JOUVE, MAIRE DE MEYRARGUES
Cliquez ICI

Toujours en projets !

Bien que né d’une idée, un projet n’est pas un ensemble d’aspirations rassemblé dans une nébuleuse incertaine. Avoir un projet, c’est être dans l’action. C’est avoir défini un ensemble de phases concernant sa réalisation, dans une période donnée et dans une estimation intelligente de ressources humaines et matérielles nécessaires. Un projet n’est pas un processus dans lequel on tâtonne en espérant un résultat; il se prévoit, il se prépare, il s’anticipe. Mal escompté, il provoquera une perte de temps et d’argent irrévocable ; et se fissurera en échec. Parce qu’un projet inclut des risques qu’il faut maîtriser et parfois surmonter, la meilleure protection à cela est de savoir placer son projet dans une dimension collective, d’accepter l’accompagnement, de solliciter les conseils, de communiquer autour de son avancement…

Car un projet n’est jamais un acte isolé. Lorsqu’un individu prend l’initiative d’ouvrir un commerce, il concrétise un projet professionnel et il transforme le mode de consommation, lorsqu’un ménage décide d’acquérir un bien immobilier, il écrit son histoire familiale et agit sur l’enrichissement d’une commune, lorsqu’un passionné donne jour à une association, il transmet son savoir et révèle le talent de nombreux adhérents.

C’est parce que nous considérons que votre projet est aussi le nôtre, que nous avons fondé notre association Entreprendre pour Meyrargues. Grâce à nos adhérents et à des intervenants professionnels nous vous accompagnons pour donner jour à des projets qui donnent vie à notre commune. A travers des cercles de conférence ou d’entretien qualifié avec des spécialistes, nous écoutons, mesurons la faisabilité, conseillons et guidons des projets avec sérieux. Car un projet crédible est un projet dont chacun de nous peut mesurer librement l’avancement, et où aucune place n’est laissée au doute.

Ainsi, lorsqu’on se demande si les portes de la médiathèque ouvriront un jour, c’est que le projet est mal mené. Lorsqu’on se désole sur le devenir de l’emblématique Château de Meyrargues, c’est que le projet collectif n’existe plus. Lorsque la définition des zones d’habitation se modifie sans tenir compte de ses habitants, c’est que les projets personnels ne sont plus respectés. Lorsqu’on s’interroge sur le devenir du stade, c’est que le projet est discordant. Lorsque les habitants découvrent du jour au lendemain le montant imposé d’un raccordement à la station d’épuration, c’est que les projets ne sont plus accompagnés. Quant à la requalification de l’Avenue de la République et dur réaménagement de la Place des Anciens Combattants, voici l’illustration de projets abandonnés. Nous suivons le devenir des promesses électorales en se demandant si un jour, elles deviendront de véritables projets…

 

 

Les ressources de la commune sont-elles suffisantes pour assurer le financement de ses dépenses ?

Telle est la question que tout administré devrait se poser ? Pour répondre à cette question l’analyse du budget de la commune est nécessaire. Plusieurs éléments constitutifs du budget devraient être analysés :

1) Les marges d’autofinancement de la commune et sur leurs évolutions dans le temps (la différence entre les recettes réelles et les charges courantes de la section fonctionnement). En effet, sans marge suffisante et donc sans moyens financiers suffisants, la commune ne peut assumer pleinement ses responsabilités.

2) Le taux d’épargne de la commune est un indicateur important. Ce taux s’apprécie par la différence entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement, rapportée aux recettes réelles de fonctionnement.

3) Une vue d’ensemble des recettes courantes de la commune afin de comprendre leur origine et les raisons de la forte variation constatée. Il faut donc réfléchir à la pérennité de cette variation et vérifier qu’elle ne s’est pas faite au détriment des contribuables de la commune ou de fortes rentrées de subventions de l’Etat.

4) Les dépenses réelles de fonctionnement de la commune représentent un indicateur permettant d’évaluer la gestion financière de la commune. Comprendre leur origine et les raisons de leur variation. On peut ainsi apprécier les dépenses réelles de fonctionnement par habitant et réfléchir à l’évolution de ce taux surtout en période de restriction budgétaire de l’Etat.